LES 5 PILIERS DE L' ISLAM

Le Coran est la constitution de l'Islam, celui qui ajoute foi à sa révélation divine et qui y croit globalement, est appelé croyant. Seul Dieu connaît la sincérité de cette foi, les hommes ne pénètrent pas les coeurs et ne savent pas ce qu'ils recèlent. De ce fait, afin que ce croyant devienne membre de la communauté, il doit déclarer cette foi en prononçant les deux attestations suivantes : [ Ash-Hadou Enn La ilaha il Allah wa Ash-Hadou enna Mouhamed Rassoul Allah ]


"J'atteste qu'il n'y nulle divinité digne d'être adoré sauf Allah ...

 

Et j'atteste que Muhammad est le Messager de Dieu".

 

Lorsqu'il les prononce, il devient musulman, "citoyen" authentique de l'Etat musulman, ayant tous les droits. Il doit accepter d'accomplir les devoirs que lui demande l'Islam. Ces devoirs (ou actes religieux) sont peu nombreux, faciles, n'entraînant ni grande peine et ni gêne.

 

 

2nd Pilier LA SALAT

La Salât occupe une place qui vient immédiatement après l’Attestation de Foi, et Allah le Très Haut dans Son Livre Saint, le Glorieux Coran, nous exhorte à maintes reprises :

"Accomplissez la Salât "

Notre bien aimé Prophète nous a enjoint durant toute sa vie d’être très consciencieux vis-à-vis de cette prière. Même quand il fut dans son lit de mort, il nous a chargés de prendre toujours le plus grand soin de ce pilier fondamental de notre religion.

La Salât est une prière ordonnée, chaque musulman, homme ou femme, doit la pratiquer. Riches comme pauvres, aucune excuse n’est valable pour celui qui néglige de faire sa Salât régulièrement, car l’islam nous accorde toutes les facilités, tant et si bien que si l’eau fait défaut pour les ablutions, il nous est permis d’avoir recours au « Tayammum » (ablution sèche).

Et si, contrairement aux coutumes établies, quelqu’un ne peut se conformer aux divers gestes, postures et mouvements, pour cause de maladie, il lui est permis de prier par des signes. ( avec la tête, ou les yeux…)

La Salât est réellement une répétition pratique de notre foi. Dans cette prière nous nous tenons devant notre Dieu, les mains liées, inclinés sur les genoux, prosternés, les mains sur le sol et assis d’une manière humble ; nous nous déclarons être esclaves de notre Sauveur, nous sollicitons son Secours et Sa guidée, nous Lui renouvelons notre déclaration d’obéissance.

Cela consolide la fondation de notre Foi, cinq fois par jour, et nous prépare à exprimer l’esprit de dévotion.

Plus nous serons sincères dans notre Salât, plus nous nous « rapprocherons » d’Allah le Très Haut…

D’après Uqbah ibn Amir : « J’ai entendu le Messager d’Allah dire :

"Votre Seigneur est enchanté par un berger qui, du sommet d’une montagne escarpée, donne l’appel à la prière et prie. Alors Allah dit : Regardez Mon serviteur, il appelle à la prière et accomplit ses prières. Il est dans Ma crainte. J’ai pardonné Mon serviteur [ses péchés] et Je l’ai admis dans le Paradis. » [ Rapporté par an-Nasa’i par une bonne chaîne de transmission.]

En conséquence, nous devons être très régulier au sujet de la Salât, nous devons l’accomplir régulièrement avec dévotion et toujours en groupe… Chaque Salât doit être accomplie avec une sincérité et une dévotion parfaites. Nous devons accomplir la prière d’une telle façon qu’elle constitue pour nous, au jour du Jugement dernier, une lumière à notre égard, un argument en notre faveur et un moyen de notre délivrance.

Nous devons croire que c’est le seul moyen pour la réalisation de tous nos besoins, et un guide pour l’observation totale du code islamique de vie dans son ensemble. Allah le Tout Puissant dit dans le glorieux Coran :

Réussiront vraiment ceux qui sont des croyants, humbles dans leur Salât [ Sourate 23 - Versets 1-2 ]


Cette réussite promise par la prière ne peut être obtenue qu’en l’observant d’une façon appropriée et parfaite ...


COMMENT FAIRE LA PRIERE EN VIDEO:


Apprendre la Priere "Salat Sobh"

3eme Pilier LA ZAKAT (L' AUMONE)

LA ZAKAT ( l' aumône)



La zakat est le deuxième pilier du dogme essentiel de l’Islam ; ce positionnement est fonction de son caractère éminemment social. Dans un recensement spécifique, à partir de quelques milliers de hadiths, j’ai constaté que les 3/4  sont d’impact social.    

        

Le percepteur ne doit opter guère, pour les meilleures espèces ovines ou bovines, dans l’imposition de la zakat. Son choix doit  porter, exclusivement, sur une espèce de valeur moyenne.

        

L’Islam tient en considération, aussi bien le producteur que le consommateur. Le Prophète recommande au croyant de ne pas figer son capital, mais de le promouvoir, pour éviter toute imposition canonique qui risque d’en réduire la somme : c’est un appel à l’investissement. La base d’imposition doit tenir compte d’un minimum devant être exempté de toute taxation : entre autres, un bovin ou ovin stérile ou destiné à produire du lait pour l’usage particulier de la famille. L’élément mâle, facteur de reproduction est également exonéré.

 

Quand un foyer possède moins de cinq chameaux, pour usage familial, il est également exempté ; d’autres mobiles d’exemption touchent, notamment, tous moyens de communication, tels les chevaux ou les ânes, ou de subsistance tels les troupeaux ovins au dessous de trente unités ou de bovins ne dépassant guère la quarantaine ; comme pour les capitaux en espèces, une somme valorisant moins de 190 dirhams est exonérée. En ce qui concerne certains produits agricoles (céréaliculture,  arboriculture,…), toute quantité au dessous de cinq « wasq » est détaxée : le wasq vaut soixante « saâ »  (un saâ  est égal au contenu de deux paumes associées).

Espèces numéraires 

 

Le dinar et le dirham ont toujours été, et le sont encore, les espèces monnayées dans le Monde moderne ; mais les valeurs diffèrent,  selon l’époque et le lieu. La valeur d’un dinar (qui équivaut à dix dirhams), s’échelonne entre quatre et cinq grammes d’or. Ce taux réduit, au Maroc,  sous les Alaouites à  prés de trois grammes d’or , peut être pris comme base de valorisation, tout en tenant compte du prix actuel des métaux monnayés d’or et d’argent. La base d’imposition est deux cents dirhams. L’impôt perçu est de cinq dirhams. Quant au dinar, cette base imposable atteint vingt dinars (ce qui équivaut à sept mille dirhams maghrébins).

 

Catégories de personnes qui ont droit à la zakât :

 

Un verset du Coran précise ces catégories  qui sont au nombre de huit :

 

L 'obligation, pour chaque adepte, de travailler, pour gagner dignement sa vie, sans éprouver le besoin de tendre la main, réduisait considérablement les prétendants à la zakat : ce fut la, un des facteurs qui justifiaient 1 'existence d'un certain équilibre social, en terre d'lslam, en plein Moyen Age. L 'élan spontané d'une partie de la masse populaire pour s'entraider, leur sentiment d 'interdépendance les uns vis-à-vis des autres, finirent malheureusement par se dissiper, avec le temps, quand la foi commençait à faiblir, secouée par un égoïsme de plus en plus marqué. L’heureuse note de concordance qui sublimait la cité islamique originelle, sera faussée par une déviation des principes coraniques qui font de l'altruisme, le support et le critère de la foi véritable.

 

Ainsi donc, toutes les prescriptions coraniques de 1'Islam bien entendu, prières ou autres, sont imprégnées d'un certain «cachet social». Tout acte individuel, était jugé plus méritoire, quand il était accompli collectivement, car il donnait, alors, une nouvelle occasion d'affermir le rapprochement des citoyens.

4eme Pilier LE RAMADAN

LE RAMADAN


RAMADAN
(en arabe رَمَضَان ramaḍān) est le 9e mois du calendrier musulman. Ce mois marque, pour les musulmans, le début de la révélation du Coran faite à Mahomet. Afin de sanctifier ce mois, il a été décidé que les musulmans pratiqueraient un jeûne ou ṣawm صَوْم :

    «  Le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été prodigué comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc quiconque d'entre vous est présent en ce mois, qu'il jeûne !  » Coran 2:183 (chapitre 2 Al-Baqarah, verset 185)

Le jeûne du mois de Ramadan est le quatrième pilier de l'islam. Dans la culture francophone française, « Ramadan » désigne souvent plus le jeûne lui-même que le mois.

Le jeûne du mois de Ramadan est un devoir pour les musulmans. Ce devoir a été révélé au mois de châban de la deuxième année après l'Hégire par ce verset :

    «  Ô vous qui croyez, le jeûne [as-Siyâm] vous est prescrit comme il l’a été à ceux qui vous ont précédé, ainsi atteindrez-vous la piété. » Coran 2:183 (chapitre 2 Al-Baqarah, verset 183)

Il fait partie des pratiques les plus importantes de l'islam. Les musulmans se réjouissent de son approche : c'est le mois des bienfaits, des actes d'obéissance et des bénédictions. C'est dans la tradition musulmane le meilleur mois de l'année, qui contient la meilleure des nuits, laylatou al-qadr (la nuit du destin).

Pour les musulmans, jeûner c'est s'abstenir pendant la journée de ce qui rompt le jeûne, en ayant fait l'intention pendant la nuit. C'est une obligation pour tout musulman pubère, sain d'esprit, capable de jeûner. Toutefois le jeûne n'est pas imposé aux femmes qui ont leurs règles ou qui viennent d'accoucher.

Détermination du début du mois

Pour les musulmans, le jeûne de Ramadan devient obligatoire dans l'un des deux cas suivants :

   1. lorsque le mois de châban a atteint trente jours.
   2. lorsque le croissant de lune du mois de Ramadan est aperçu, la nuit précédant le trentième jour de châban, conformément à la parole de Mahomet (rapporté par Al-Boukhari et Mouslim) « Jeûnez à la vue du croissant et interrompez le jeûne à la vue du croissant et si l'observation est gênée par des nuages par exemple, poursuivez le compte de châban à trente jours ».

Celui qui a vu le croissant de lune de Ramadan doit jeûner et il est devenu un devoir de jeûner à celui qui ne l'a pas vu mais a été informé par un musulman juste (^adl), libre, et qui n'est pas connu comme étant menteur.

Obligations du jeûne

Pour les musulmans les obligations de jeune sont au nombre de deux :

   1. L'intention : elle est faite par le musulman en disant par exemple : nawaytou sawma ghadin ^an 'ada'i fardi Ramadana hadhihi s-sanata 'imanan wa-htiçaban li l-Lahi ta^al ce qui signifie : « J'ai l'intention de jeûner le jour qui vient par accomplissement de l'obligation du jeûne de Ramadan de cette année, par acte de foi et par recherche de la récompense de Allah le très haut ». Le temps de l'intention commence avec le coucher du soleil et dure jusqu'à l'aube. Cette intention ne doit pas se faire à voix haute, elle se fait intérieurement.
   2. l'abstinence des choses qui rompent le jeûne : depuis l'apparition de l'aube véritable jusqu'au coucher du soleil.

Cependant, il est autorisé à certaines personnes de reporter le jeûne ou de ne pas avoir à l'effectuer:

   1. La femme en période de menstruations ou de lochies et femme enceinte
   2. Le voyageur
   3. Le malade : Il peut rompre le jeûne en raison d’une maladie dont on craint son aggravation ou sa prolongation à cause du jeûne.
   4. Le vieillard
   5. Les jeunes enfants

Causes de rupture du jeûne

Selon le droit musulman, les causes de rupture de jeûne sont nombreuses. Parmi elles, il y a :

   1. Se nourrir : ne serait-ce qu'un grain de sésame ou boire ne serait-ce qu'une goutte d'eau ou de médicament, si on se rappelle qu'on est en train de jeûner ;
   2. les gouttes : dans le nez ou les oreilles si le médicament parvient jusqu'à l'intérieur du corps et également le clystère par les deux orifices inférieurs, antérieur ou postérieur. Les gouttes dans les yeux en revanche, ne rompent pas le jeûne ni l'injection dans la peau, le muscle ou les veines.
   3. fumer
   4. boire
   5. l'évanouissement [qui dure] toute la journée : quiconque s'est évanoui toute la journée de l'aube au coucher du soleil, son jeûne n'est pas valable. Il en est de même pour celui qui est atteint de folie, ne serait-ce qu'un instant.
   6. se faire vomir : en mettant son doigt ou quelque chose du même genre dans la bouche pour provoquer la sortie du vomi de l'intérieur. Par contre, le jeûne n'est pas rompu par un vomissement involontaire du moment qu'on n'en avale rien.
   7. avoir des relations sexuelles durant la journée.
   8. l'apostasie : par l'une de ses trois sortes : par la croyance, l'acte ou la parole.

Il est à noter que ces exemples ne sont pas exhaustifs. Pour plus d'informations, voir les liens externes.

Celui qui a rompu un jour de jeûne de Ramadan s'est chargé d'un péché. Il doit de ce fait se racheter devant Allah. On distinguera deux cas :

    * Si l'acte était involontaire (boire alors qu'on faisait les ablutions,...) ou dû à un oubli (gouter à la nourriture quand on est en train de cuisiner, boire alors qu'on se rafraichissait le visage...), dans ce cas il n'est pas nécessaire de rattraper le jour de jeûne, on le poursuit.
    * Si le jeûne a été rompu volontairement, le musulman se doit dans ce cas de se racheter, pour chaque jour rompu, de la façon suivante : affranchir un esclave, si l'on ne peut et que l'on en est capable (physiquement), jeûner 60 jours consécutifs, si l'on n'en est pas capable, nourrir 60 pauvres.

Il est interdit de jeûner le jour de la Fête de la fin du jeûne (entre autre).

Le ramadan est pourtant pour un musulman plus qu'un jeûne, c'est un mois de recueillement, de compassion envers les personnes les plus pauvres.

Siam, en arabe, signifie s'abstenir, se retenir de. Appliqué à la religion, le mot a pris le sens de renoncer par piété à tout ce qui est considéré comme étant susceptible de rompre le jeûne, c'est-à-dire de manger, boire, avoir des rapports intimes, un mauvais caractère ou comportement et cela depuis l'apparition de l'aube jusqu'au coucher du soleil.

Comme, en arabe, boire de l'alcool se dit avec le même verbe que fumer, l'interdiction de rompre le jeûne s'étend normalement aussi à la consommation de tabac.
Durant ce mois, les musulmans du monde entier se recueillent pour effectuer les prières (surérogatoires) dites de tarawih.

Selon Abu Hurayra : « Que celui qui a l'intention de jeûner un jour , ne dit ni de grossièretés ni d'obscénités. Si quelqu'un l'injure ou l'attaque qu'il répète : "Je suis en Jeune" »


5eme Pilier EL HADJ (LE PELERINAGE )

LE 5EME PILIER DE L'ISLAM --> LE PELERINAGE " Hadj "

LE 5EME PILIER DE L'ISLAM --> LE PELERINAGE " Hadj "
Le  HAJJ (arabe : حَجّ ḥaǧǧ, ou حِجّة ḥiǧǧaʰ, (aller vers) pèlerinage) est pour les musulmans le pèlerinage aux lieux saints de la ville de La Mecque en Arabie saoudite. C’est entre le 8 et le 13 du mois lunaire de Dhû al-hijja (ذو الحجة) qu’a lieu le Grand Pèlerinage à La Mecque , 5e pilier de l’islam.

Al-hajj est le titre de la sourate XXII du Coran.

Dhû al-hijja (arabe : ذو الحِجّة [ḏū al-ḥijja], celui du pèlerinage) douzième mois de l'année musulmane au cours duquel se fait le grand pèlerinage.

L'obligation de faire le pèlerinage

[sourate 'Ali ^Imran / 97] ce qui signifie : « Allah ordonne aux gens d’accomplir le pèlerinage à la Maison sacrée pour tous ceux qui en sont capables ».

Le Messager de Allah a dit :

[rapporté par Al-Boukhariyy] ce qui signifie : « L’islam est fondé sur cinq devoirs principaux : le témoignage qu’il n’est de dieu que Allah et que Mohammed est le messager de Allah, l’accomplissement de la prière, l’acquittement de la zakat, le pèlerinage à la Maison sacrée et le jeûne de Ramadan ».

[sourate Ali ^Imran / 97] ce qui signifie : « Il est un devoir envers Allah de faire le pèlerinage à la Maison [sacrée] pour quiconque a les moyens de s'y rendre ».

Le pèlerinage est l'une des choses les plus éminentes de l'islam et il est obligatoire pour toute personne responsable (moukallaf), libre, qui en a la capacité. Il en est de même pour la ^oumrah. Il est donc un devoir de les accomplir une fois dans sa vie et il est recommandé de les répéter plusieurs fois.


Les avantages de faire le pèlerinage

Le pèlerinage possède une faveur, celui d'être une expiation pour les grands péchés comme pour les petits péchés conformément à sa parole  :

[rapporté par Al-Boukhariyy] ce qui signifie : « Quiconque fera le pèlerinage sans avoir de rapport sexuel et sans commettre de grand péché est dégagé de ses péchés et redevient comme le jour où sa mère l'a mis au monde », et cela à condition que son intention soit sincère pour Allah ta^ala, que l'argent utilisé pour effectuer son pèlerinage soit licite et qu'il se préserve du fisq, c'est-à-dire de tomber dans un grand péché.

Parmi les preuves de la faveur du pèlerinage, c'est qu'il réunit différentes manières de calmer son âme, c'est-à-dire de la maîtriser. En effet, il comporte une dépense d'argent, un effort contre ses passions par la faim, la soif, le fait de veiller longtemps, de subir des épreuves, l'éloignement de son lieu de résidence, la séparation d'avec sa famille et ses amis et ce qui est du même ordre.

Les piliers du pèlerinage et de la ^oumrah

Les piliers sont les actes sans lesquels le pèlerinage et la ^oumrah ne sont pas valables. Donc celui qui délaisse un des piliers, son pèlerinage n'est pas valable. Rien ne peut compenser ce pilier, il est indispensable de l'accomplir.

Les piliers du pèlerinage

Ils sont au nombre de six, ce sont les suivants :

   1. L'intention de l'entrée en rituel (al-'ihram) : c'est-à-dire formuler dans son cœur par exemple : (nawaytou l-hajja wa 'ahramtou bihi li l-Lahi ta^ala) ce qui signifie : « J'entame les actes du pèlerinage et j'entre en rituel pour l'agrément de Allah ta^ala ».
   2. la station à ^Arafah (même un instant) : entre le moment où le soleil décline du zénith le neuvième jour de Dhou l-Hijjah et l'apparition de l'aube (al-fajr) du dixième jour, c'est-à-dire le jour de la Fête.
   3. les tours rituels autour de la Ka^bah (at-tawaf) : sept parcours, c'est-à-dire qu'on tourne autour de la Ka^bah sept fois, en gardant la Ka^bah à sa gauche et en commençant du niveau de la pierre noire ; il est une condition: être purifié des deux hadath.
   4. les trajets (as-sa^y) entre [le mont de] As-Safa et [celui de] Al-Marwah : sept fois. Etre purifié ici n'est pas une condition. On commence par As-Safa et on finit par Al-Marwah.
   5. le rasage du crâne ou la coupe des cheveux (al-halq ou at-taqsir) : le rasage signifie enlever tous les cheveux, tandis que la coupe consiste à couper au minimum trois cheveux ; quant à la femme, elle coupe ses cheveux mais ne les rase pas.
   6. le respect de l'ordre entre la majeure partie des piliers : on fait avant toute chose l'intention d'entrer en rituel et il est une condition de pratiquer le rasage ou la coupe des cheveux et de faire les tours rituels autour de la Ka^bah après la station à ^Arafah.

Les piliers de la ^oumrah

Ils sont au nombre de cinq, ce sont :

   1. l'intention de l'entrée en rituel. C'est l'intention d'entamer la ^oumrah en disant par son cœur par exemple : (nawaytou l-^oumrata wa 'ahramtou biha li l-Lahi ta^ala) ce qui signifie : « j'ai l'intention de faire la ^oumrah et j'entre en rituel pour l'agrément de Allah ta^ala ».
   2. les tours rituels.
   3. les trajets entre le mont de As-Safa et celui de Al-Marwah.
   4. le rasage ou la coupe des cheveux.
   5. l'ordre entre l'ensemble de ses piliers tel qu'il est cité.

Les devoirs du pèlerinage et de la ^oumrah

Le devoir est un acte sans lequel le pèlerinage ou la ^oumrah restent valables mais dont le délaissement doit être compensé par l'égorgement d'une bête ; il y a de plus une désobéissance à le délaisser délibérément.

Les actes obligatoires du pèlerinage

   1. l'intention de l'entrée en rituel depuis le miqat – l'emplacement déterminé par le Prophète à partir duquel l'entrée en rituel doit avoir eu lieu –.
   2. le lancer des cailloux aux trois Jamrah : la petite Jamrah, la Jamrah médiane et la Jamrah de Al-^Aqabah, avec soixante-dix cailloux.
   3. le séjour de nuit à Mouzdalifah : c'est un endroit proche de ^Arafat où les pèlerins ramassent les cailloux pour effectuer le lancer aux Jamrah.
   4. le séjour de nuit à Mina : c'est un endroit situé entre La Mecque et ^Arafat, mais plus proche de La Mecque.
   5. les tours rituels du départ (tawafou l-wada^).

Ce qu'il est un devoir de faire en cas de délaissement d'un devoir :

Celui qui a délaissé un des devoirs du pèlerinage a le devoir d'égorger au choix – une brebis d'un an ou qui a perdu ses dents de devant ou une chèvre de deux ans –.

S'il est dans l'incapacité d'égorger, il jeûnera dix jours : trois pendant le pèlerinage et sept à son retour parmi les siens.

Les choses interdites à celui qui est entré en rituel de pèlerinage ou de ^oumrah

Parmi les choses interdites à celui qui est entré en rituel, deux sont spécifiques aux hommes :

   1. se couvrir la tête.
   2. porter un vêtement qui entoure le corps grâce à une couture, au formage du feutre ou à ce qui est équivalent.

Il est interdit à la femme :

   1. de couvrir son visage.
   2. de mettre des gants.

Il leur est interdit à tous deux, hommes et femmes, en cas de rituel :

   1. de se parfumer.
   2. de s'oindre la tête ou la barbe avec un onguent, par exemple de l'huile ou ce qui est du même genre.
   3. d'éliminer un poil, un cheveu ou de couper un ongle.
   4. d'effectuer le rapport sexuel ou ses préliminaires.
   5. de faire un acte de mariage.
   6. de chasser un animal terrestre sauvage autorisé à la consommation, comme la gazelle.

Les trois types de Hajj

    * Le pèlerinage est dit «Tamattu» s'il est fait pendant le mois du pèlerinage et dire son intention de faire un « petit pèlerinage » (`Umra). Ce pèlerinage doit se terminer par le sacrifice d'un animal. (arabe : تَمَتُّع [tamattu], jouissance; possession)

    * Le pèlerinage est dit «Qirân» si le pèlerin déclare son intention d'effectuer le grand et le petit pèlerinage en même temps. Il ne rasera ses cheveux qu'après la lapidation des Jamarat à Mina et quittera alors l'état de sacralisation. Il doit offrir un animal en sacrifice. (arabe : قَران [qirān], union)

    * Le pèlerinage est dit d'«ifrâd» si le pèlerin déclare ne vouloir faire que le grand pèlerinage. Il restera en état de sacralisation jusqu'au jour du sacrifice mais n'offrira pas d'animal en sacrifice. (arabe : إفْراد [ifrād], individualisation)

Les rites

Les rites sont légèrement différents selon qu'on habite la région de La Mecque ou non, particulièrement les rites de sacralisation (ihrâm) qui sont fait au moment de l'entrée dans le territoire sacré pour les gens de l'extérieur. Ils varient aussi légèrement selon les écoles juridiques de l'islam (madhhab).

    * Premier jour : 8 dhû al-hijja. Déclarer son intention de faire le pèlerinage par une formule rituelle répétée par trois fois. (نِيَّة [nīya], projet ; volonté)
    * Se mettre en état de sacralisation. (ihrâm) (1)
    * Faire les sept rondes autour de la Kaaba en essayant d'embrasser la pierre noire. (matâf) (2)
    * Faire sept fois la marche (420 m dans un long couloir attenant à la mosquée) entre Safâ et Marwah en souvenir de l'errance d'Agar à la recherche d'eau pour Ismaël. Puis boire à la source Zamzam. (arabe: سَعْيي [saʿyi], course; effort; recherche) (3)
    * Se rendre au lieu dit « Mîna » à 4 km de La Mecque et faire les prières de l'après midi (asr), du soir (maghreb et icha) et du matin (fajr). (4)
    * Deuxième jour : 9 dhû al-hijja. Lorsque le soleil se lève il faut avancer vers la montagne ʿArafat (20 km) et y faire la prière de midi (dhur) et de l'après midi en s'assurant bien être au-dedans des frontières de ʿArafat. Il faut rester dans ce territoire jusqu'au soleil couchant. C'est de ce point que le prophète fit son discours d'adieu. (arabe : وُقوف [wuqūf], halte; station debout; pause) (5)
    * Après le coucher du soleil, il faut aller vers « Muzdalifa ». À l'arrivée, il faut faire les prières du soir. Il faut rester à Muzdalifa jusqu'à ce que la nuit soit tombée. Le pèlerin va se munir de cailloux pour la suite des rites (49 cailloux : 7+21+21). (6)

    * Troisième jour : 10 dhû al-hijja. Après la prière du matin le pèlerin revient vers Mîna. Le premier jour de la fête du sacrifice (Aïd al-Adha) le pèlerin parcourt les 300 m qui le séparent du lieu où Abraham emmena son fils Ismaël pour le sacrifier. Sur le parcours il rencontre trois piliers qui symbolisent les trois points où Iblîs tenta de le détourner. Le pèlerin lapide ces piliers avec les cailloux ramassés la veille. (7)
    * Dans l'intervalle, il faut tuer l'animal d'offrande qui symbolise le bélier qu'Abraham a sacrifié à la place de son fils. Il faut en manger mais la plus grande partie doit être donnée aux indigents. Les pèlerins ont la possibilités de payer le montant de l'offrande à une banque gérée par les autorités locales. (8)
    * Il faut aussi refaire les rites (2) et (3) « circumambulation du retour ». (9)
    * Le pèlerin durant chaque jour de Tachriq (quatrième et cinquième jour) lapide les 3 stèles de Mina, d'abord la plus petite, puis la médiane et enfin la plus grande, celle de Aqaba. Sur chacune il jette 7 cailloux en disant : Allahou Akbar ( Allah est le plus Grand ) … entre deux stèles il fait face à la Quibla et récite quelques invocations.
    * Effectuer une dernière circumambulation: celle d'adieu et sortir de l'état de sacralisation : Pour les hommes se couper les cheveux très courts ou se raser la crâne, pour les femmes raccourcir la longueur des cheveux. (arabe : تقصير [taqṣīr], diminution; nettoyage).

Souvent le pèlerinage se prolonge par une visite à Médine sur les tombes du prophète et des ses illustres compagnons.

 

A VOIR ABSOLUMENT SUR CE BLOG

Histoires des prophètes présentées par le Cheikh Nabil Al-Awadi EN VIDEO
Decouvrez les fabuleuses biographies des illustres Prophetes présentée par le Cheikh Nabil Al-Awadi . La Revelation mise en pratique par des grands Hommes, des exemples pour la prosperite.

La Biographie Prophétique" (Seera Nabawiya) presentée par Sheikh Nabil Al-Awadi EN VIDEO 
Cette série parle de la vie du prophète Mohammad de sa naissance jusqu'à sa mort -Prières et Salut d'Allah sur lui-.
Le premier épisode parle des origines des arabes et leur situation sur la péninsule arabique avant la révélation.


The Signs (La vérité dévoilée)
The Signs explore le monde secret et occulte des Illuminati et leurs groupes d'influence. La série vous dévoilera les secrets des organisation secrètes tel que la franc maçonnerie, Skull and Bones, le Bohemian club, le groupe Bilderberg et plein d'autres.
The Signs vous promet des informations de qualité pour tout citoyen voulant connaître le vrai visage de ce monde alors si vous êtes un minimum ouverts d'esprit et que vous ne croyez pas tout ce que l'on vous dit à la télévision, cette série est faite pour vous.
 
Retour à L' Accueil islam.rappel

Présentation

LE MESSAGER (El Risala Video)

FILM DOCUMENTAIRE PALESTINE

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés